L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

Les tampons en silicone

Les tampons en silicone ou communément les tampons peinards ( pas pénard)

 

silicone.jpg


pour ceux qui comme nous, par peur de perdre en étanchéité, font toujours leurs tampons plutôt plus grands que trop petits et qui par conséquent explose une flûte sur trois en tout cas plusieurs fois la même au point que la colle ne prends plus, nous appliquons une technique empruntée aux moulage:
dans une chute de chaque flûte (12mm de hauteur ) collée sur une planche avec de l'adhésif double face (pour que ça ne bouge pas et pour assurer l'étanchéité lors du moulage)
On coule du silicone de moulage (du RTV de rhodorsil RTV151 voir le tableau fournisseurs ) que l'on se procure dans les magasins de travaux manuels genre Rougié et Plé ou Adam.
Pas du silicone pour les baignoires et la plomberie (quoique certains Bricoleurs d'Orgue de Barbarie ont utilisé ça avec succès).
conditionné en pot d'un kilo en deux composants, le silicone épais comme du yaourt et le durcisseur en petit pot liquide comme de l'eau.



Un pot d'1 Kg permet de faire tout juste les tampons de 4 orgues 27 touches ou 2 orgue 42 touches . On n'est pas obligé de les faire simultanément puisque l'on peut fractionner la résine et son durcisseur.

 


une nuit de séchage et on obtient des tampons à la côte exacte et caoutchouteux. Ce produit de moulage par nature ne colle sur aucun support (même pas sur l'adhésif)



Puis on les serre entre deux plaques (taillées légèrement en dessous des côtes et arrondies aux angles) avec une tige filetée ou une vis de 3mm emmanchée sur un tourillon de manutention (qui sert de prolongateur pour le cas ou le tampon est profondément enfoncé dans la flûte). Un écrou inséré dans la plaquette inférieure sert de filetage.  Lors du serrage le caoutchouc se gonfle et s'écrase sur les parois et assure une étanchéité parfaite, surtout dans les angles,  car leur côtes sont très exactement celles de la flûte même si elle est de forme losangée. Ces tampons permettent le réglage à l'avance comme à reculons plus besoin de sortir la peau pour reculer. C'est un gain de temps pour l'accordage qui devient très facile.
On desserre on avance ou on recule puis on resserre.
et pour finir on visse une boule de laiton sur l'extrémité du boulon ; effet garanti.
plus de soucis de flûte explosée et réglages simplifiés et précis, étanchéité absolue que du bonheur pour l'orgue.
On sait ce n'est pas traditionnel mais c'est tellement plus facile.








Ou encore.

 

Il est conseillé de faire un repère pour ne pas inverser le tampon par rapport à la façade de la flûte, principalement si par malheur cette dernière est "losangée" et donc le tampon aussi.

Cette méthode est la plus économe en matière pour le silicone mais demande de prélever une sur-longueur de la flûte.

 

L'extrémité de la vis lorsqu'elle est décorée avec une boule en laiton.

 

 

Une fois retirée cette boule de laiton, le tampon trop profond peut être atteint avec une clé à pipe. Une entretoise hexagonale  facilite la prise entre la clé et l'écrou de serrage à se procurer par les commandes groupées:

 


Pour ceux qui envisagent de refaire leurs tampons avec cette technique alors que leurs flûtes sont déjà recoupées au plus juste avec des tampons ordinaires. Il existe une astuce encore plus simple que je viens de rajouter. L'idée vient d'Yves Audoin (un stagiaire des passionnés du bois):

Après avoir cherché des méthodes de contre-moulage et tirage de la section interne de la flûte, qui sont logiques mais complexes à mettre en œuvre:

Verser le silicone dans un récipient type plat à tarte et une fois le silicone en place avec l'épaisseur requise il suffit de plonger les flûtes tête en bas dans le plat et de laisser prendre. le moulage sera parfait. Son seul inconvénient une perte relativement faible de matière si le plat est trop grand mais on peut optimiser avec des cales dans les espaces libres.

Les essais sont en cours les photos arriveront bientôt!

C'est typiquement le genre d'idées qui montrent qu'à plusieurs on est toujours plus efficace si on pense à les partager. On peut l'appliquer à un jeu neuf pour éviter de le raccourcir.

 

 

Un autre point non négligeable sur l'étanchéité d'une flûte:

Comment vernir l'intérieur d'une flûte? Les méthodes avec des tiges et des éponges de tailles multiples sont les astuces les plus couramment pratiquées.

 

Mais une méthode très simple et efficace nous est montrée dans cette vidéo d'une flute en violon dans la séquence entre  20' et 24' (déplacer le curseur de la vidéo si vous ne voulez voir que la séquence).

 

En remplissant le corps de flûte avec un fond dur ou un vernis et de la gomme laque sur la lèvre inférieure, comme dans la vidéo suivante (spécifiquement entre 19'50" et  23' 00")

 

 

La méthode la plus simple pour vérifier l'étanchéité d'une flute après cette opération consiste simplement à souffler par le coté tampon avant de retirer le scotch qui obture la bouche.

 

Les autres méthodes par recherche de passage de la lumière en regardant dans la flûte au soleil ou  en introduisant une source lumineuse dans la flûte et en l'observant dans l'obscurité ne détectent que les fuites directes et ne peuvent  pas détecter une fuite éventuelle en zig-zag (comme un trou de ver) toujours possible.

Elles sont donc compliquées et en plus inefficaces.

Enregistrer



03/10/2014
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres