L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

Une bizarrerie jamais rencontrée...

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour.

J'essaie de faire revivre une épave d'orgue de mendiant : Facteur inconnu seul le nom du tourneur est inscrit à l'intérieur : GILBERT à Paris  et la date 1868 ...  cet instrument possède  43 touches et un  cylindre (bien...picoté!!!) . Un travail fastidieux : vu l'état mais particulièrement émouvant !!!

En démontant le soufflet pour réfection j'ai fait une découverte : il existe à l'intérieur de celui ci , et donc invisible ... : une soupape de décharge !!! qui devait être commandée par un mécanisme : Absent et qui devait se trouver sur le dessus de la soufflerie... COMMEN ???

Toutes informations su ce type de mécanisme me serait très utile pour la reconstitution de celui ci.

Je peut vous faire parvenir si vous le souhaitez des photos du soufflet en cours de démontage.

merci par avance pour votre aimable réponse.

Bien cordialement.

HH

0 appréciations
Hors-ligne
Salut
Les photos ne sont pas inutiles...
Pour les systèmes de soupapes de décharges voir:
https://orgue-bernard.blog4ever.com/clapets-et-soupape-de-surpression
cordialement


0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour.

Merci pour votre aimable et "rapide" réponse...

Je n'ai , hélas !!!,  pas trouvé la réponse à ma question  : mais j'ai sans doute mal lu les explications ... je n'ai d'ailleurs jamais eu  vraiment l'esprit "mécanique" : c'est sans doute encore plus accentué par l'âge : 76 bientôt...

En effet je ne comprend pas le lien entre la soupape intérieure et le système de mise en oeuvre de celle ci  : en effet loa soupape de décharge s'ouvre vers le bas c'est à dire vers l'intérieur de la nourrice... il faut donc qu'une pression s'exerce de haut en bas ... la soupape est percée d'un trou rond qui devait : hypothése !!! : recevoir une tige faisant ressort ... mais par quelle attache et par quel mécanisme ce ressort est mis en oeuvre ??? c'est la première fois que je rencontre ce système et je n'en comprend pas le fonctionnement ...

Je peut vous faire parvenir une série de  photos de l'épave dans l'état de sa découverte et des pièces constituant la nourrice ...

mais je ne sais comment procéder pour effectuer cet envoi !!!

Je reste à votre bienveillante écoute.

bien cordialement.

H.H






0 appréciations
Hors-ligne
salut

ça fait beaucoup de handicap:
ne pas lire tout
ne pas comprendre
ne pas savoir envoyer de photos
pour un système invisible
mal expliqué: "il existe à l'intérieur de celui ci , et donc invisible ... : une soupape de décharge !!! qui devait être commandée par un mécanisme. Absent et qui devait se trouver sur le dessus de la soufflerie"
c'est existant ou absent ?
c'est intérieur ou extérieur?

Alors comment expliquer
sans savoir de quoi il s'agit en l'absence d'explications plus claires sans dessins ni photos.
Alors que les solutions sont déjà expliquées sur le blog avec des articles, des photos et des dessins cotés.
On ne peut pas consulter de boule de cristal et en plus ici on ne croit pas à cette possibilité...

reste la solution de venir à mon domicile ou à un rassemblement avec la bête.

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour.
Si je peux me permettre, il me semble que la décharge décrite est d'un type proche de ce que l'on trouve couramment dans les harmoniums :

Pour éviter que la réserve ne se gonfle au delà d'un certain point, une vis, parfois un simple clou est enfoncé dans la structure de l'instrument au droit de la soupape de décharge. Lorsque la réserve a atteint le degré d'ouverture voulu, la tête de la vis (ou du clou) entre en contact avec la soupape qui en s'ouvrant crée une fuite empêchant ainsi la réserve de se gonfler plus...
Cordialement,
Philippe

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour.

Merci beaucoup pour votre aimable réponse. Existe t il un schéma consultable qui décrit ce mécanisme ??? Comme l'a si bien dit Philippe Cichon : je ne suis pas très "malin"... C'est peut être (???) du à l'âge : 77 ans.

Je reste à votre bienveillante écoute.

Bien cordialement.

HH. 

0 appréciations
Hors-ligne
Salut carton
Ce n'est pas moi qui dis que tu n'es pas très malin! c'est toi qui viens encore d'ajouter:
" j'ai sans doute mal lu les explications ... je n'ai d'ailleurs jamais eu  vraiment l'esprit "mécanique" : c'est sans doute encore plus
accentué par l'âge : 76 "
Alors que tu viens ici demander de l'aide pour un souci sur un orgue à picots qui certes est bien un instrument de musique mécanique,  dont tu ne nous dis rien.
C'est un orgue à flutes ou à anches?
Par exemple si c'est un orgue à anches, est-ce qu'il travaille en compression ou en aspiration?
C'est très important pour expliquer de quel coté doit être la soupape!

Si tu ne sais pas mettre une photo sur le blog envoies moi ça sur mon mail!
Ou vas faire un stage d'informatique, ou encore fais-toi aider par un de tes petits enfants (si t'en as)
Utilises la page contact:
https://orgue-bernard.blog4ever.com/qui-sommes-nous

Il nous faut un minimum d'information pour pouvoir répondre tu dois comprendre et te mettre à notre place ce n'est pas si difficile à imaginer surtout pour un "vieux" qui donc a lui aussi un minimum d'expérience dans l'art de la conversation.

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Philippe.

Je n'ai pas du tout l'intention de polémiquer avec vous ... j'anime comme vous une association et je sais que ce n'est pas facile ...

j'ai seulement été "choqué" par une réponse dont le ton me semblait pour le moins "excessif" par rapport à la question posée...

mais laissons cela.

j'ai eu, grâce a votre intermédiaire, une réponse à ma question : philippe 76 m'a fourni les éléments qui me manquaient.

Pour votre gouverne et pour répondre à vos interrogations  : l'orgue ( l'épave ...) en question est un orgue de mendiant de 43 touches à cylindre picoté ( bien noté...) à flutes avec 2 registres : une trace écrite sur la boite à soupapes permet de le dater : 1868.

Il manque pas mal de flutes mais la boite de lecture est complète ainsi que celle des soupapes.

C'est un ( beau...) témoignage des instruments des musiciens des rues et la "qualité" de la notation du cylindre, l'étendue du clavier ... laisse présager d'agréables surprises sur le plan musical... quand il sera en état de fonctionner bien sur.

J'ai depuis de nombreuses années participer à la restauration d'orgues mécaniques : essentiellement des orgues à cylindres : serinettes, merline, orgue de salon et même orgue d'église : Lachelle... en m'intéressant particulièrement à la musique et aux répertoires de ces instruments qui sont les seuls "enregistrements" disponibles à une époque : XVII ème, XVIIIème et XIX ème... ou il n'y avait que la tonotechnie pour unique support ce qui rend très "précieux" ce type d'orgue.

Nous formions avec : Olivier ROUX : Historien de ces instruments et Rémy ROYER : Horloger mécanicien , un trio dont je suis à ce jour le seul survivant et je n'ai pas du tout toutes les compétences  ( ni le matériel...) pour mener à bien une belle et bonne restauration : même si je suis en train de refaire complètement la boite à soupapes : ressorts et peau ... J'ai également restauré la boite à touches ainsi que les pilotes.... Pour la soufflerie : je verrais le problème dans un 2 ème temps...  de la même manière :  je n'ai pas encore procédé à la consolidation de la caisse de l'orgue qui a beaucoup souffert...

Voila vous savez tout ... ou presque.

Merci pour votre écoute.

Bien cordialement.

HH.



Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie tous les sujets.

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 221 autres membres