L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

les flutes en carton plume

humour plume.png

 

 

 

 

suite à la proposition de Robert Bonnefous, pseudo "Stache" sur les forums, lors des réunions de Sarlat qui nous a montré ses flutes en carton plume, je me suis lancé dans un essai.

Tout d'abord son topo sur le sujet avec sa méthode et ses recommandations:

 

Il y a pas mal de temps que l'envie de faire des flutes ou bourdons avec un autre matériau que le bois me tente.

Ceci afin d'assurer de gagner en poids, d'où l'idée d'utiliser le carton plume.

 

Il est composé d'une plaque de mousse polystyrène ou polyuréthane recouverte de divers papiers.

 

 carton plume.jpg

  

 Ces plaques existent en diverses couleurs, dimensions 50*70, 100*70 et épaisseurs 3, 5 ou10 mm.

Les prix restent abordables voir ce lien.

 

La découpe peut se faire au cutter, personnellement je préfère utiliser l'outil recommandé et adapté pour un guidage précis et une coupe parfaitement perpendiculaire.

 

 

exemple 1

  

exemple 2

 

 Le matériel de STACHE:

materiel stache.jpg

  

 Un autre avantage de cet outil, il ne produit pas de poussières:

 

 

 

 

poussières.jpg

  

 

 les pièces d'une flute:

 pièces.jpg

 

 

la colle vinylique bois convient. la méthode de serrage est délicate en raison de la souplesse du carton plume. Il faut utiliser des cales de répartition et ne pas serrer trop fort.

Stache utilise de la Sqader prise en 2 minutes.

 serrage.jpg 

  

Par contre son état de surface permet de se dispenser de traitement ultérieur pour l'intérieur comme le ponçage et le vernissage.

 

 

Pour gagner un maximum de poids on peut utiliser de la mousse polystyrène expansée à forte densité comme celles pour isoler les planchers pour faire les noyaux:

noyau.jpg

  

 

 noyau 2.jpg

 

 

Ou du bois léger comme l'ayous, autre appellation le samba, proche du balsa.

 

 

les perçages dans ce type de matériaux sont délicats car l'outil arrache plus qu'il ne coupe. 

La méthode de l'emporte pièce en rotation est applicable:

 

perçage.jpg

 

 

 Un bout de tube en laiton, cuivre ou aluminium ( pas besoin d'acier pour ce type de matériau) du bon diamètre extérieur et biseauté coté intérieur pour avoir une forme d'emporte pièce que l'on monte sur la perceuse pour le mettre en rotation. Pour éviter l'écrasement du tube par les mâchoires du mandrin on peut insérer un tourillon du diamètre intérieur du tube. 

L'état de surface du trou est alors parfaitement lisse et du bon diamètre.

 

 

Les lèvres supérieures et inférieures sont en bois.:

lèvre inférieure et sup.jpg

 

 

 On habille ensuite les flutes de papier Kaft collé pour renforcer la solidité et l'étanchéité, tout en donnant un aspect bois à l'ensemble:

papier kraft.jpg

 

 

Les tampons sont réalisés avec un morceau de circuit imprimé sur lequel on soude un écrou à l'étain, une pièce résiliente en mousse ou silicone, une contre plaque, une vis de serrage fixée sur une tige :

 tampon 1.jpg

 

 

 

 

tampon 2.jpg

 

 

 

Au final 27 grammes pour le La  440Hz

LA 27g.jpg

 

 

et 1414 grammes pour l'ensemble, un record:

 

poids total.jpg 

  

de mon coté et suite à son exemple je me penche sur la question avec bien entendu mes habitudes comme les vannes intégrées et  les tampons en silicone qui sont très proches des tampons en mousse.

 

au sujet de ses propositions je me demande comment il fait la lumière et comment il fixe la lèvre inférieure?

renseignements pris il fait la lumière en intercalant des épaisseurs de papier jusqu'à obtenir un résultat satisfaisant.

pour la fixation de la lèvre, Stache utilise simplement du scotch et donc on ne voit pas de vis en façade, sauf pour les cinq basses qui sont sous l'orgue.

 

 

 

bourdon 1 r.png

 

 

 

bourdon 2 r.png

 

 

 bourdon 3 r.png

 

 

Je cherche à simplifier en évitant la lèvre supérieure avec potelets et embrèvement. 

Le but étant pour moi de proposer une alternative aux stagiaires qui ne sont pas équipé de rabot pour mettre les planches de bois aux épaisseurs diverses entre  10 et  3 mm.

Ce qui m'impose de faire la façade avant avec sa lèvre supérieure entièrement en bois, mais simplement avec un biseau obtenu par un premier sciage à la scie à ruban puis finition par ponçage, donc sans potelets .

 

Jai trouvé du carton plume en 5 et 10 mm de couleur noir en 70*50 cm en promotion dans un magasin de travaux manuel et pour dessin à Paris.

j'en prépare deux, une pour moi et une autre pour une stagiaire du prochain stage.

flutes carton plume r.png


 J'adapte cette idée à une flute en grande partie en carton plume mais avec l’intégration d’une VMT (vanne à membrane tangentielle) dans le pied de flute, ce qui va moins diminuer son poids mais me permet toujours de supprimer la boite à soupapes.

 

J'ai simplifié aussi les fixations de la lèvre inférieure et du capot de VMT en utilisant deux longueurs de tige filetée qui traversent le noyau et sont d'une part visées dans le bois de la lèvre inférieure et qui serrent le capot de VMT par deux écrous et rondelles.

De cette manière on réduit aussi la quincaillerie

 

plume demonte-R.png

   

 

 

 

plume montage-R.png
 

  

L'aspect en façade , deux petits points sur la lèvre inférieure et un aspect bois traditionnel. On peut aussi ne pas traverser pour éviter cet inconvénient esthétique.

  

 plume façade_R.png

 

Pour le futur on va regarder comment alléger le reste, soufflerie, collecteur, chemin des cartons avec ce matériau remarquable.

Avec un objectif différent utiliser la propriété naturel du carton plume et sa résilience qui permet de remplacer simultanément un joint d'étanchéité en même temps que l'épaisseur, lorsqu'une plaque de carton plume est au contact d'une surface plus dure.

Ce qui est le cas entre collecteur et les pompes, entre le collecteur et les pieds de flutes et les planches de surépaisseur pour dégager les vis de répétition au dessus d'une réserve à plat.

Cette technique permet également de réduire les joints en cuir résiliant que l'on a rajouté dans les plans précédents donc la surface de cuir est à recalculer.

Mais il faut pour ça, refaire les plans et encore un autre orgue pour vérifier la validité de ces idées. 

 

Le gain de poids possible reste conséquent, à titre d'exemple:

209 g pour mon LA 440 standard en bois,

112 g pour mon LA 440 en partie en carton plume,

soit un gain de 97 g donc environ 46%, presque la moitié!

 

Mais c'est surtout une solution pour les stagiaires sous équipés qui seront en mesure de faire ce type de flutes qui dispense du rabot.

 

Une  vidéo pour comparer  le résultat qui démontre l'équivalence rigoureuse sur le plan sonore

 

  

Une démonstration de la  quatrième idée fausse:

 

- 4) on peut reconnaître la nature du bois des flûtes à l'oreille

Je pense sincèrement que l'empirisme peut approcher l'optimum sinon la perfection. Mais Je pense aussi que l'on peut mettre à l'épreuve une telle proposition de la manière suivante:

On fabrique une série de flûte avec une certaine nature de bois par exemple du chêne et une autre série avec un autre bois par exemple du cèdre. Puis on fait écouter à celui qui dit qu'il peut entendre les différences si il reconnait à l'oreille et à l'aveugle avec un taux nettement supérieur à 50% c'est qu'il dit vrai! Sinon c'est effectivement une idée qui tient d'une croyance quasi mystique.

Mais même dans ces conditions si une oreille entrainée qui peut effectivement percevoir des différences, elle peut être trompée et mise en défaut par une technique simple.

La véritable question est en fait :  est-ce bien la nature du bois qui influence le résultat?

Car je suis sincèrement convaincu d'être capable d'obtenir un même timbre en partant d'un  matériau quelconque si je trouve le moyen de lui donner le même état de surface

qui génère les couches limites et donc le résultat sonore. Je me fais fort alors, de tromper l'oreille de celui qui passerait le premier test et de d'obtenir l'inversion des résultats de reconnaissance de "nature de bois" en démontrant qu'il s'agit en fait de reconnaissance de "nature d'état de surface". Mais aucun de ceux qui sont venus m'affirmer de tels propos n'a accepté de pousser l'expérience ne serait-ce que pour tenter de différencier à l'aveugle des bois différents.

 

 

Qui ici s'applique à du carton plume très différent du bois.

 

 



28/04/2023
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 297 autres membres