L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

les limes pour lumières

un outil quasiment gratuit mais indispensable!

 

limes-r.jpg

 

 

Lors de l’harmonisation par réglage de la lumière, il faut limer puis polir les lèvres inférieures de chaque flute pour obtenir le volume sonore maximum tout en ne dépassant pas ce maximum pour ne pas consommer trop d'air inutilement.

 

 

 

Pour atteindre cet objectif il faut des limes plus larges pour les flutes basses et des limes moins larges pour les flutes aigües.

 

Formées d'un manche en bois récupéré dans une chute de bois et recouvert d'un ruban découpé dans une toile récupérée dans une bande abrasive usagée provenant des changements de mes ponceuses.

Ces deux parties sont collés à la colle vinylique ou époxy bi-composannts.

 

On peut donc utiliser des limes de grains moyen pour mordre vite dans un premier temps mais qui laissent des stries profondes, puis des limes de grains fins pour finir avec un état de surface avec des stries légères qui autorisent un polissage.

 

 Ma pratique personnelle m'a conduit à utiliser 3 largeurs pour les manches (10, 20, 30 mm) et 2  grains (80 et 180) pour les toiles abrasives.

Soit 6 limes en tout.

 

Puis réduire à seulement trois tailles de limes, vu le peu de bois à retirer en n'utilisant que du grain fin, depuis que l'ont retire la majeur partie du bois avec la scie fraise ou un ciseau à bois dans la lèvre inférieure et non plus dans le noyau comme le préconisait Michel Fischer, dans les pages 32et 33 de

son  cahier de construction initial des JTM qui est téléchargeable sous forme informatique.

 

lèvre inférieure.png

 

 

 

levre inf 4-R.jpg

 

 

Les profils et formes correctes à obtenir pour cette lumière:

lèvre inférieure 2.png

défauts lumière.png

 

lumiere contole.jpg

 

 

D'autre part on cherche aussi à avoir un état de surface le plus lisse possible dans cette zone sur le bord de la lèvre inférieure et le biseau du noyau que l'on fini en les polissant.

 

Personnellement je vais jusqu'à lustrer ces parties et les enduire de graphite...

 

C'est ce qu'on désigne par le terme de "brunissage", "lustrage" ou encore "polissage" avec un affiloir qui sert à écraser les fibres du bois ou avec un outil lisse en acier dur. Mais l'état de surface avant ce polissage ne doit pas être trop rugueux suite au ponçage qui laisse des stries dont la profondeur est fonction du grain de la toile collée sur la lime.

 

 Lors des stages je remet une lime de largeur intermédiaire 15 mm avec un grain fin à chaque stagiaire pour faire les essais sur la flute du stage.



01/03/2022
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 242 autres membres