L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

Carton de non-répétitions

non-repetition.png

 

 

Lors du rassemblement de Sarlat de 2018 un amateur nous a présenté son orgue pneumatique 29 Erman neuf équipé de vannes à membrane pour évaluation et critiques constructives.

 

Naturellement Pierre Charial , noteur professionnel présent, va chercher ses cartons d'essais!

 

Il passe d'abord passer un carton de répétitions que chacun connait qui se présente sous forme de trous de 3.5 mm de large et de 3 mm long correspondants à la taille d'un coup de poinçon, et espacés de "ponts" généralement de  3.5 à 3.8 mm de long. Le résultat est globalement bon à l'exception de quelques flûtes  qui sont sonnent faiblement ouvertes pour certaines ou presque toujours ouvertes et donc dont la fermeture n'est pas franche.

Ce problème est facilement résolu si les vannes ou les soupapes sont équipées de vis de réglages des répétitions par la recherche de l'équilibre entre le temps d'ouverture et fermeture.

 

Voir l' article sur les Vannes à membrane :

Influence du diamètre du trou de fuite sur les temps de réponses en ouverture et fermeture

diagrammeVMT.png

 

Voir aussi  l'article différences et incompatibilités où il est dit:

"Dans le cas du carton pneumatique un « petit pont » de longueur inférieure à un minimum n'entraîne pas de coupure et la flûte joue en continu sur une suite de petits ponts. Le mode de réglage des répétitions est fonction des caractéristiques conjointes du relais et de la profondeur des trous de la flûte de pan qui doivent permettre de couper sur un pont et ne pas couper sur un petit pont. Les petits ponts des cartons pneumatiques font généralement 1.5 mm et les ponts normaux font de 3.5mm à 3.8 mm."

 

 

 

Mais avec les vannes à membranes très rapides il peut se présenter un autre problème difficile à diagnostiquer c'est la non répétition. Les vannes à membrane sont plus rapides et sont donc plus sensibles à ce phénomène. Mais le problème en fait est inhérent à la forme des trous de la flûte de pan et peut aussi se présenter avec d'autres organes de commande comme les soupapes Erman. Si les soupapes ou vannes sont performantes et accompagnées d'une flute de pan à trous relativement serrés elles vont parfaitement couper sur les ponts normaux mais aussi quand même couper sur les petits ponts alors qu'ils sont censés maintenir la note. Ce problème ne sera pas corrigé par les vis de réglage, mais par la profondeur des trous dans la flûte de pan. La précision de lecture de ces trous de la flûte de pan doit alors être "dégradée "en augmentant cette profondeur ce qui ne peut se corriger qu'en  fabriquant une autre flûte de pan ou éventuellement en limant les entrées des canaux pour élargir la profondeur de lecture de la flûte de pan. Voir l’article sur les trous carrés.

 

C'est alors que Pierre Charial surprend quelques constructeurs amateurs en sortant un carton de non-répétitions une nouveauté moins connue des amateurs de soupape mais mieux connue des amateurs de vanne à membrane!

 

Ce carton est perforé de trous de 3.5mm de large et 3 mm dans le sens de la longueur du carton et correspondent à un coup de poinçon mais espacés de petits ponts de 1.7 à 1.8 mm  donc inférieurs aux ponts normaux de 3.5 mm. Lors du défilement de ce carton les flûtes ne doivent pas répéter mais jouer de façon continue. Idéalement, les flûtes ne doivent pas non plus, avoir  des variations de puissance du volume.

 

Le but est de démontrer que l'orgue ne va pas répéter et donc couper sur des petits ponts qui sont normalement conçus pour maintenir la vanne  ouverte ce qui doit faire jouer la note en continu. Ce qui est moins courant avec les soupapes Erman mais arrive plus souvent avec les vannes à membranes ou les  soupapes de type Hopp (que Didier Bougon et Pierre Pénard utilisent), seulement si la flute de pan est elle aussi  conçue  trop performante. l'ensemble va répéter aussi sur les petits ponts. Car il ne faut pas oublier qu'un noteur travaille aussi pour des orgues ordinaires et quelques fois un peu fatigués donc moyens sur les performances de rapidité de répétitions.

 

L'augmentation de la profondeur du canal de flûte de pan allonge le temps d'ouverture donc d'émission d'un son et il existe, d'un coté, une profondeur de trou minimum pour la Flûte de pan pour permettre l'émission d'un son et pas de coupure sur petit pont, et de l'autre, un maximum, pour conserver une coupure sur « pont normal». Les noteurs sont donc obligés de faire un compromis sur les cartons pour obtenir une répétition sur des orgues de qualité moyenne et de ne pas pousser à la limite des possibilités techniques. D'un autre coté les facteurs d'orgue doivent au minimum obtenir ces répétitions pour un carton type ( dit de répétitions généralement offert par les noteurs à leurs clients) dont les trous de 3mm de long sont séparés par des ponts normaux de plus de 3mm généralement de 3.5 à 3.8mm. Donc une répétition tous les 6.8 mm, soit 8.8 répétitions par seconde, mais aussi ne pas couper sur les petits ponts. D'où l'utilité d'un carton d'essais de non-répétition...

 

 

Plutôt que faire deux cartons d'essais un de répétitions et un de non-répétitions, il existe une solution intermédiaire en fabriquant un carton d'essais de trous de 3.5 mm de large et 3.0 mm de long espacés de ponts variables de 3.8 jusqu'à 1.5 mm par réduction de 0.2mm entre chaque trous successifs, puis suivit d'une série de trous avec 1.5mm d'espacement. On compte alors le nombres de répétitions avant la note continue. On mesure la sensibilité des répétitions et des non-répétitions par déduction: le nombre de répétitions doit être compris entre un minimum et un maximum qui indique entre quels trous on obtient le basculement et donc on y mesure l'écartement entre trous. Il doit avoir lieu pour un espacement supérieur à 1.5 et inférieur à 3 mm.

 

Il reste une solution pour éviter les coupures sur petits ponts avec un orgue pneumatique performant c'est de les supprimer en les coupant au cutteur, si on considère que le guidage aussi est correctement conçu, puisque dans les orgues mécaniques les cartons n'ont pas de ponts et que les cartons ne posent pas de soucis de guidage...

Mais les cartons pour orgues mécaniques sont généralement plus épais, plus souvent en double encollage, et vernis à la gomme laque. Donc ils ne sont pas tout à fait les mêmes.



26/04/2018
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 121 autres membres