L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

Frimeurs, menteurs, truqueurs, récalcitrants et opposants

https://static.blog4ever.com/2010/06/419759/artfichier_419759_5248495_2015103038477.jpg connerie-intelligente.jpg

 

 

Nos  propositions rencontrent bien sur des résistances, au nom de la tradition, mais aussi des opposants, toujours prêts à décrier une nouveauté, voire des menteurs pour dévaluer l'impact de nos propositions d'évolutions en truquant leurs démonstrations!

 

Lors des  rassemblements de constructeurs les échanges sont toujours enrichissants surtout avec ceux qui ne sont pas toujours d'accord. On y rencontre aussi quelques grincheux qui tentent de venir contester nos points de vue. Tant que la discussion reste centrée sur des sujets techniques la discussion peut se prolonger. Mais dès que les insultes fusent je prend un plaisir non dissimulé à démontrer les contradictions de mon interlocuteur tout en restant poli, ce qui provoque les rires des spectateurs heureusement généralement plus nombreux et l'énervement contenu de mon contradicteur qui fini toujours par s'embrouiller car les insultes sont le dernier argument de celui qui n'en n'a plus...

 

Le petit monde de l'orgue de barbarie n'est pas un milieu de bisounours où la musique adoucit les mœurs (voir le point 21 de l'article " les idées fauses"). C'est un monde essentiellement masculin avec ses problèmes de testostérone, de frime et de compétition. Il y a celui qui joue à qui a la plus grosse et d'autres qui jouent à celui qui a l'orgue le plus petit, le plus léger, le plus compliqué, le mieux décoré, le mieux harmonisé, etc...C'est fonction du critère qu'ils favorisent...

 

Nous on cherche à faire des orgues qui jouent bien et juste et aussi à nous faciliter la fabrication et l'entretien. Le décor c'est pas notre truc... Voilà qui est dit! Mais on ne l'impose à personne, c'est en cela que réside notre différence avec ceux que l'on critique ici.

 

Le fait de croire en un Dieu ne démontre pas son existence puisqu'il existe différents Dieux pour différentes religions et qu'il existe aussi des agnostiques qui pensent qu'il n'existe aucun Dieu. Personne n'a de légitimité à imposer une croyance aux autres (y compris dans l'orgue de barbarie).

 

Il y a quelques " pointures" qui cherchent un peu plus que le simple fait de construire un orgue de barbarie et une majorité de passionnés qui ont atteint l'objectif d'un orgue unique qui joue plus ou moins correctement, mais aussi quelques grincheux qui voudraient faire croire qu'ils ont atteint un summum de l'art de la lutherie. Ces derniers tentent de démontrer l'infériorité des autres, je les entend d'ici me répondre; "c'est celui qui dit qui y est"!

 

De toute façon personne ne peut gâcher notre plaisir à construire des orgues et à  partager (sans restriction) avec ceux qui se passionnent pour cette activité et dont l'état d'esprit est assez ouvert pour échanger et non imposer des points de vue.

 

De notre coté on lutte contre ceux qui font croire que la construction d'un orgue de barbarie est réservé à une élite auto proclamée qui en appelle à la tradition et aux secrets non partagés ce sont toujours les autres qui cachent d'après eux...

Lutter contre les idées fausses c'est comme lutter contre l'idée que la terre est plate. C'est lutter contre une évidence dont tout le monde a une expérience quotidienne qui contre-dit une théorie qui fait appel à la compréhension intellectuelle. Il faut faire un effort pour admettre que la terre est ronde! et il est définitivement impossible de convaincre un intégriste religieux qui pense que du seul fait qu'il croit en dieu l'existence de Dieu est démontrée.

 

Quelques exemples:

 

 1) Les Frimeurs

 

Frimeur A

On peut rencontrer un amateur, et ce n'est pas le seul, qui sans critiquer qui que ce soit tente de se faire passer pour un professionnel ou même seulement pour un autodidacte, lisez l’article !

Pour rectifier les mensonges à chaque phrase du journaliste sous les dires du pseudo facteur voici des extraits avec mes commentaires:

 

 

"René Floch fait partie de la dizaine de facteurs d'orgues de barbarie en France. C'est seul qu'il a appris comment l'instrument marchait, et donc comment le construire".

Il y a plus de 10 facteurs véritablement professionnels en France et depuis longtemps.

Prétendre s'être débrouillé seul tout en reconnaissant avoir suivi un stage un peu plus loin, c'est oublier de reconnaitre la pédagogie du formateur.

 

 

Cet ébéniste retraité est désormais l'un des rares facteurs d'orgues de barbarie en France. Installé à Brélès, il en a déjà construit cinq. René Floch avait acquis un orgue et en jouait, mais ce qu'il voulait c'était en créer un.

En créer un en partant d'un orgue acheté ce n'est pas créer mais copier. C'est ce que tous, nous avons fait pour commencer.

 

Malheureusement, il était aspiré par son travail et d'autres passions, de la peinture à l'alpinisme. Et surtout, les fabricants professionnels d'orgues de barbarie voulaient rester peu nombreux pour continuer à bien gagner leur vie, et ne voulaient donc pas donner «leurs plans et leurs combines».

le facteur à la base du renouveau de l'orgue en France est Jean-Paul Erman, il animait des stages au Fraisse pour transmettre son savoir faire...

Les fabricants d'orgue gagnent difficilement leur vie de leur travail notamment à cause des charges sociales auxquelles René Floch échappe parce que justement il n'est pas un professionnel déclaré, mais il vend des orgues construit par lui au prix des professionnels sans payer les charges auxquels les pros sont soumis.

Quand René s'est rendu à l'étranger, il y a quinze ans, pour leur demander conseil (il n'y avait pas de facteur professionnel en France), tous lui ont fermé leurs portes.

Il y a plus de 10 facteurs en France et depuis longtemps.

Il n'a certainement pas demandé à tous! Où alors il est normal de ne pas rencontrer d'artisant français installé à l'étranger! Pourtant en Suisse le français à l'origine du 27 Erman Jean-Paul Erman y était déjà installé et formait des amateurs au Fraisse en France. C'est dingue les contradictions que les frimeurs trouvent pour justifier l'indéfendable!

 

Mais René, comptant sur «son côté observateur», a mis un fabricant belge au défi. Il reviendrait quelques mois plus tard lui montrer un orgue de sa propre fabrication!

Faire un orgue de barbarie n'est pas exceptionnel je connais plusieurs centaines de constructeurs amateurs et pour un professionnel il n'y a aucun défit à en faire un...

 

Après un stage de quelques jours, beaucoup de travail de tâtonnement seul dans son atelier et deux ratés, il est parvenu à fabriquer son premier orgue. Pari gagné donc avec ce facteur belge, tellement impressionné par le talent de René qu'il lui a finalement expliqué sa manière de travailler.

Les amateurs sont bien loin d'impressionner un facteur même belge, ils les font plutôt sourire.

Avoir besoin d'un stage démontre bien qu'il n'y est pas arrivé tout seul!

C'est par gentillesse et compassion qu'un professionnel transmet son savoir faire à un amateur même très doué, surement pas parce qu'il est impressionné et expliquer comment construire une fois qu'on sait déjà le faire c'est trop tard c'est avant qu'on en a besoin!

 

Il a passé un orgue à la radiographie

Il n'y a rien à voir en radiographie dans du bois seulement si il y a du métal et justement toutes les parties en métal sont apparentes dans l'orgue; ressorts et vilebrequin, pas besoin de radiographier...

 

«Comme je n'aime pas acheter, je fabrique!» Systèmes de fermeture de vieilles armoires, poignées de cercueil récupérées chez le ferrailleur...: René se débrouille avec ce qu'il trouve.

Aucun professionnel n'oserait mettre des poignées de cercueil surtout récupérées d'un cercueil sur un orgue neuf.

 

Des flûtes en bois aux cartons de musique en passant par la mécanique en bronze, le bricoleur fait tout.Son équipement, encore de la récupération, comme cette machine à coudre de chez Empreinte qui ne sert plus pour des soutiens-gorge mais à faire des trous dans du carton à musique.

Les premiers facteurs d'orgues faisaient tout eux-mêmes comme leurs vis, les magasins de bricolages n'existaient pas encore. Par contre faire de la récupération ce n'est pas fabriquer soit-même. S'équiper d'une perforatrice sans savoir fabriquer les arrangements c'est réunir aussi les conditions de la copie de cartons...

 

L'autodidacte, qui a toujours été passionné «par ce qu'il y a à l'intérieur des choses», est allé jusqu'à passer un orgue à la radiographie dans un centre médical pour en comprendre le système! Car on ne peut pas ouvrir un orgue de barbarie et le démonter sans le casser.

Faux! Un orgue est toujours démontable, même et surtout ceux des professionnels.

Et je le rappelle: Il n'y a rien à voir en radiographie dans du bois seulement si il y a du métal et justement toutes les parties en métal sont apparentes dans l'orgue; ressorts et vilebrequin, pas besoin de radiographier...

 

Voilà pourquoi, aussi, l'art, s'il n'est pas transmis, se perd. René, lui, est heureux de partager son savoir. Pour lui, créer un orgue c'est «reproduire un système à soufflet très vieux», mais il ironise sur sa passion qui n'a jamais perdu en intensité.

Pas de soucis l'art de construire est largement partagé sur le net, mais sur le net justement, aucun blog, ni site, ni interventions de René sur la construction, il est loin de transmettre son savoir faire depuis mais il se soucis surtout de vendre sa production sans les charges d'un véritable professionnel...

 

 

Ce qu'on fabrique, ce n'est que du vent en fait. Mais c'est génial!

C'est la seule affirmation exacte de cet article à laquelle j'adhère!

 

On recommande nous aussi de récupérer sur ce blog mais l'objectif est économique ou écologique pas de prétendre avoir tout fait seul.

 

De plus, quand on montre un orgue qui joue quelque chose on est encore loin de faire écouter un orgue qui joue correctement.

 

 

 

 Frimeur B

Il existe quelques prétentieux qui prétendent avoir une oreille absolue!

C'est une illusion, il suffit de lire l' article sur les tempéraments!

On peut choisir la fréquence du la central de départ à des fréquences qui ont été extrêmement variables au cours des âges de 377 à 506 Hz.  Aujourd’hui encore le débat reste ouvert selon le pays d'origine et surtout les intérêts techniques. Actuellement on rencontre couramment des diapasons variants de 415 à 444 Hz. Certains prônent un La à 432 Hz pour des raison ésotériques ou physiologiques. Nous sommes actuellement soumis à des gammes basées sur un La 440.

Cette  fréquence qui a été adoptée par les nazis a donc des odeurs de souffre, mais ils n'étaient pas les seuls.

 

Les orchestres symphoniques fonctionnent souvent en La 442. La différence est peu sensible à un auditeur ordinaire et notre cerveau accepte assez bien ces changements sans même les détecter.

Ainsi quand quelqu'un prétend avoir l'oreille absolue et annonce une note à l'écoute d'une fréquence si il omet de préciser relativement dans quel diapason ce n'est qu'un arnaqueur. Il suffit de lui jouer cette fréquence dans la gamme d'un autre diapason pour le mettre en défaut car la note pour une même fréquence ne sera pas la même. Réciproquement une même note dans des diapasons différents est obtenue par des fréquences différentes....

L'oreille absolue est un mythe puisque cette donnée (la fréquence du La du diapason) n'est pratiquement jamais précisée! C'est une erreur courante de penser qu'une fréquence est égale à une note surtout parmi les physiciens, mais ce qui est plus surprenant encore, chez certains musiciens aussi!

En conclusion la musique est beaucoup plus une question de variation des écarts entre les notes successives à partir de la note de départ qu'une question de fréquence absolue des notes. Cette fréquence n'est pas fixe mais relative et cela sans aucune gêne pour l'auditeur. Nous sommes tous équipés d'un cerveau capable de transposer instantanément les musiques jouées dans des diapasons différents. C'est un fait remarquable et instinctif,  beaucoup plus utile et plus commun qu'une hypothétique "oreille absolue", mais pourtant bien plus surprenant!

 

 

2) sourd et aveugle
Suite à une polémique sur un forum d'un certain JM02 un anonyme et qui n'a jamais rien montré mais qui prétendait qu'il n'entendait pas toutes les notes dans nos vidéos à l'écoute d'un carton de Charial et que l'origine de ces manques vient de nos techniques, Réponse en vidéo, avec l'avis de Pierre Charial l'auteur du carton en question.

 

 


L'origine des débats stériles sur ces sujets vient d'une opposition entre "traditionalistes" et "évolutionnistes " depuis la nuit des temps certains tenants de la tradition affirment que la terre est plate, que le soleil tourne autour de la terre, que les femmes n'ont pas d'âme ni les noirs non plus surtout pour les faire bosser à l’œil.
Comme l'orgue est intimement lié à l'église et aux lieux de cultes pas étonnant de voir ce genre de comportement de la part des facteurs d'orgues traditionnels qui ne jurent que par le dom Bedos: Leur bible depuis les années 1770 tout le dom Bedos rien que le dom Bedos.
Certes il y a des choses intéressantes dedans mais elles sont aussi un peu dépassées.
Le  problème c'est que depuis on peut calculer un diapason avec  des  logarithmes de racines cubiques, le nombre d'Ising, et les formules de la dynamique des fluides qui nous parlent du nombre de Reynolds, des couches limites laminaires et turbulentes, des équations de Bernouilly, Bessel, Maxwell, Poisson, Stockes. Suffit de se renseigner pour constater que depuis on a évolué. Ce n'est pas qu'une question de croyances, c'est un fait qui gène ceux qui pensent que tout a déjà été dit et qu'il ne faut rien changer.

Faut avouer aussi que pour comprendre le dom Bedos une règle, un compas et la règle de trois suffisent et que pour suivre les évolutions actuelles il vaut mieux savoir résoudre une intégrale double curviligne dans le domaine des nombres complexes et manipuler le calcul matriciel.

 

Pour résumer notre position sur une prétendue "guerre de religion" entre les soupapes et les vannes à membrane:

Il n'y a pas de système supérieur pour tous les bricoleurs, le seul système que l'on doit adopter c'est celui que l'on sait faire parce que l'on a compris son fonctionnement. Mais surtout il faut adopter celui qui fonctionne correctement pour son orgue, les soupapes pour les uns et les vannes à membrane pour nous autres!

 Si vous voulez absolument utiliser une autre technique que les vannes à membrane, pas de problème allez faire un tour sur l'article moteurs pillbox et wurlitzer. Mais laissez nous faire, chez nous, comme nous voulons!

 

 

3) pire que les opposants il y a les menteurs et truqueurs:

L'exemple de joseph Sauvé (ex GPTO) qui a produit une vidéo truquée pour dénigrer cette technique lors de la construction d'un orgue avec voix célestes. Alors qu'il l'a soutenue auparavant:

Il tente de faire la démonstration de la supériorité du fonctionnement des soupapes Erman en voix célestes telles qu’il prétend les pratiquer.

 

 

Cette technique s’est révélé une impasse prévisible, puisque comme expliqué dans  l'article  déformation et débattement les soupapes Erman, elles, sont au contraire plus limitées en débit.

Pour finir cet orgue il a finalement utilisé la technique développée ici les vannes à double corps, une éclatante reconnaissance pour nos propositions!

Tout en tentant de faire croire qu'il en serait l'initiateur...

 


 

 

Il démontre ainsi lui-même l'énormité de ses propos, ses contradictions, ses trucages volontaires et ses mensonges.

 

Sur ce blog on a mis en ligne un article par mois depuis sa création!

De son coté cet opposant non seulement n'a rien produit sur le net depuis, mais il a surtout effacé le travail des autres comme celui de Michel Fischer alors qu'il s'était proposé comme volontaire pour l'entretenir. Il doit penser qu'en diminuant l'impact des autres cela augmente d'autant sa crédibilité...

 

Il y a aussi ceux qui, l'air de rien, viennent en vous brossant le poil dans le bon sens en début de phrase puis l'air de rien glisse une vacherie derrière avec des idées qu'ils veulent imposer!

C'est de la prétérition! regardez dans le dictionnaire...c'est l'art de parler comme un faux-cul en disant une chose tout en affirmant que sa pensée serait contraire. C'est toute la différence entre la pensée soit disant exprimée et les actes comme en politique avec la langue de bois!

 

Il existe aussi d'autres techniques répertoriées comme: le renversement de la charge de la preuve ou l’entrée en conflit pour éviter de parler du véritable sujet d'opposition une vaste panoplie pour nos opposants qui l'air de rien viennent glisser leur venin sur les commentaires des articles de ce blog.

Je les laisse volontairement sur le blog pour le plaisir d'en illustrer l'utilisation.

 

4) Un exemple une intervention d'un anonyme (bien sur) dans l'article sur les colles:

 

"bonjour, pour le meuble, chassis,voire le sommier on peut utiliser la colle à bois vinylique, pour tout ce qui concerne la peausserie ,n'utiliser que la colle chaude ( os et nerf ) plus une pincée de camphre et éventuellement une goutte d'huile. La colle néoprène bouffe les peaux et vous referez vos soufflets dans quinze ans; proscrite dans la restauration muséographique."

 

et ma réponse:

"Merci de m'autoriser à utiliser la colle vinylique mais ici on fait état de nos expériences bonnes comme mauvaises!
Cependant, il faut aussi rappeler que ce blog est consacré à la construction neuve pour les amateurs nul n'a la prétention de faire dans la restauration muséographique!
La colle chaude est toutefois utilisée et recommandée. Cependant dans le cas du collage du cuir sur cuir notre expérience démontre largement les avantages du collage à la colle néoprène (qui je le rappelle est la colle utilisée pour les chaussures et qu'elle a largement fait la démonstration de son efficacité et aussi largement sur plus de quinze ans). N'oublions pas que nos chaussures vont dans l'eau, le froid et la chaleur et que les pas sont tout aussi nombreux que les tours de manivelle.
Il ne suffit pas de dénigrer une méthode mais il serait sage d'utiliser des arguments justifiés par autre chose qu'une conviction personnelle en contradiction avec une réalité largement démontrée.
Il n'y a aucun exemple de dégradation du cuir par la colle néoprène. L'ennemi de la colle néoprène ce sont les ultra-violets qui la décompose et la rendent cassante mais jamais agressive chimiquement.
Pour conclure j'ai plus souvent recollé des soufflets anciens qui étaient collés à la colle chaude. La colle chaude n'est pas non plus éternelle elle sèche et elle craque aussi. Bien évidemment on ne rencontre pas de colle néoprène dans les soufflets muséo-machin chose...et pour cause il n'y en avait pas à cette époque!
Pour le cas du collage cuir sur métal la colle chaude ne tient pas et la colle néoprène est incontournable cela reste notre avis et le résultat d'une expérience déjà longue de plus dix ans avec des résultats éprouvés et démontrés.
Finalement même si la colle néoprène ne dure que 15 ans on aura pas de peine à réparer car une autre recommandation nous dicte de rendre toutes les parties facilement démontables et accessibles et quand on construit son orgue soi-même il n'y a pas de difficultés à assurer son entretient on peut se permettre de lui donner une garantie à vie!
C'est rigolo après les dictateurs du carton et de la manivelle je découvre les dictateurs de la colle chaude! Alors que comme d'habitude on l'utilise et on la recommande aussi un comble! En plus on précise bien dans l'article:
" En cas de restauration d'orgue anciens, l'emploi de la colle chaude est indispensable pour conserver l'authenticité du travail."
Un jour un nostalgique de la colle néoprène interdira à un pauvre bricoleur amateur d'utiliser autre chose pour coller deux bouts de caoutchouc sur un réseau neuronale de transmission de pensée."

 

Il y a aussi ceux qui passent sur le blog, consultent nos propositions, et même viennent discuter quelques fois en contestant nos arguments et qui sans s'exposer de trop, montrent un orgue construit en évitant soigneusement toutes nos améliorations en précisant bien, qu'eux maintiennent "la tradition". C'est leur droit le plus strict! Sauf que nous n'avons pas la même définition de la tradition!

 

Premièrement c'est ignorer que leur notion de  la tradition ne remonte qu'aux années 1980 et que  l’orgue 27 touches Erman est justement une avancée technique totalement nouvelle qui a relancé l'intérêt pour la musique mécanique.

Visionnez la vidéo de l'association ritournelles et manivelles avec Riton et Arnaud et toute leur équipe: http://vimeo.com/83270841 écoutez bien à 9' 34"
Ce qu'il faut retenir du discourt de Riton c'est qu'un chanteur de rue avec un  orgue type 27t pneumatique type Erman à flûtes en pression et plein de tiroirs remplis de cartons c'est du fantasme parce que ça n'existe en France que depuis les années 1970, très exactement depuis 1973 et l'atelier de Jean-Paul n'a été ouvert qu'en 1982 date de la diffusion à grande échelle de cette nouveauté de l'époque.

 

 

J'ai d'autres exemples en tête mais les personnes concernées ne sont pas encore fâchés avec moi! Il suffit de parcourir les commentaires des articles ou le forum pour en trouver. Je vous laisse le plaisir de les débusquer au hasard de vos navigation sur ce blog...

 

Un des derniers en date:

Ce sont 2 personnes sur 23000 qui viennent poser un commentaire sur l'article sur le calcul de la vitesses de rotation d'une perceuse à colonne en affirmant que je fais une "erreur grave" dans ma démonstration puisqu'ils détectent une erreur de calcul, alors que ce sont eux qui font une erreur. C'est le renversement de la charge de la preuve! Au moins dans ce cas l'erreur n'est pas volontaire...

Par contre quand j'ai tord et ça m'arrive, je prend les remarques en compte et je corrige avec des remerciements.

 

conclusions:

 Les avis c'est comme les trous du Q tout le monde en a un et personne n'a le même.
Il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
Et enfin il vaut mieux fermer sa gueule et passer éventuellement pour un c.. que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute sur le sujet.

 

alésia.jpg

 

 

Histoire d'en mettre une deuxième couche sur les conflits entre amateurs et professionnels, il faut plusieurs années pour former un facteur d'orgue alors que certains constructeurs amateurs réussissent à faire un orgue de barbarie après seulement trois jours de stage (et quelques mois de travail).
Ce qui me donne l'occasion de placer cette boutade: Le Titanic a été construit par une armée de professionnels qui poussaient l'outrecuidance jusqu'à affirmer qu'il était insubmersible et l'arche de Noé est l'œuvre d'un  amateur solitaire.

 

titanic.jpg          arche de noé.jpg
Notons au passage que même un amateur comme   Noé qui sauve tous les animaux peut faire une "couille" heu... une erreur!

 

Mon plus grand plaisir c'est de passer pour un imbécile aux yeux d'un c.. et pour pour un c.. aux yeux d'un imbécile (il y a une légère différence et un degré supérieur de plaisir) tout en le laissant parler (je sais c'est aussi faux-cul de ma part mais au moins ils sont prévenus).

 

Evidemment pour mes contradicteurs c'est moi qui suis un frimeur, menteur, truqueur, récalcitrant et opposant...et c'est donc à moi de prouver le contraire!

Personnellement je mesure la qualité de mes propos par la qualité du discours de mes opposants qui savent maintenir leurs positions tout en conservant un language chatié.

 

Nous disons tout nous montrons tout y compris nos erreurs et on ne saura jamais tout sur ce sujet (nos détracteurs non plus).

 

Pour rappel la phrase en fin de notre page d'accueil:

"Toute intervention hors sujet, dictatoriale ou contenant des injures, sera au minimum modifiée ou plutôt supprimée. Ceci est déjà arrivé plusieurs fois pour des publicités même pas déguisées de sites pornographiques, ou de vente de Viagra.

 

 Toute intervention purement polémique entraîne la suppression de l'intervention.

 

Et si l'auteur insiste, c'est l'exclusion automatique et sans préavis de  l'IP correspondante, vous ne pourrez plus intervenir."

Ceci n'a eut lieu qu'une seule fois pour l'instant! C'est la preuve qu'ils ne sont pas si nombreux ou majoritaires et qu'ils se retiennent un peu. Mais bien évidemment, du coup, je suis incapable d'apporter la preuve de cette unicité exceptionnelle puisque moi seul peut dénombrer ce type d'intervention qui n'apparait plus.



07/03/2020
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 174 autres membres