L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

l'orgue de Paul Lefebvre

Paul Lefèbvre est un adhérent des passionnés du bois qui a assisté à un stage à Evry du 15/4 au 17/4/2017.

Nous avons plusieurs fois échangé pour son orgue en cours.

Mais il est décédé le 21 juin 2019

Voici le mail que Myriam sa femme m'a envoyé:

 

"Je vous annonce une très triste nouvelle. Mon époux Paul nous a quitté dimanche dernier. La lutte contre le cancer a été rude et il était très épuisé.

Au fil du temps, l'évidence de ne pouvoir se remettre à travailler le bois et a continuer la fabrication de son orgue de Barbarie le rendait infiniment triste. 

La cérémonie a lieu vendredi et beaucoup
de personne auront une pensée même de loin pour l'accompagner.


J'aimerai, ainsi que nos enfants, trouver une solution pour finaliser cet orgue de barbarie, d'autant plus que mon époux a déjà beaucoup travaillé dessus et qu'il y a, à la maison, du matériel pour poursuivre ce projet. Peut-être aurez vous une suggestion qui pourra m'aider.

En tout cas, ce projet qu'il aurait voulu mener à sa fin, l'a beaucoup aidé, dans les débuts, à se battre contre la maladie.

Cordialement,"

Voici quelques photos de l'état d'avancement envoyées par Myriam:

 

IMG_40441-R.jpg

 

 

IMG_40451-1-R.jpg

 

IMG_40471-R.jpg

 

IMG_40431-R.jpg

 

 

La finition de l'orgue d'un stagiaire comme Paul décédé trop tôt avant d'avoir fini n'est pas le premier cas du genre.

L'exemple de l'article sur Arnold Haerri montre la façon pour son fils Alain de terminer l'orgue que son père avait commencé.

Alain est déjà un adepte du piano midifié ce qui lui donne une bonne expérience de la musique mécanique qui lui a permis de terminer le travail seul.

 

Pour l'orgue de Paul, je suis donc passé à Houilles où est son domicile pour prendre les pièces détachées et estimer les travaux en espérant avoir l'aide d'un stagiaire passé ou futur.

 

Voici les photos du matériel en cours pour juger de la suite des travaux à faire:

DSC04075-R.jpg

 

DSC04076-R.jpg

 

DSC04077-R.jpg

 

DSC04078-R.jpg

 

DSC04079-R.jpg

 

DSC04080-R.jpg

 

L'ensemble est particulièrement propre et soigné (pour ce qui est existant).

 

Les flutes sont en érable et sycomore de 5 mm d'épaisseur pour les cotés et 8 mm pour les façades.

Les noyaux en buis ne sont pas encore tous débités et surtout n'ont pas été collés alors que le fond et les cotés sont collés. ce qui n'est pas habituel. On colle généralement le noyau avec le fond et un coté d'abord puis le deuxième coté.

Les façades avec la lèvre supérieure sont débitées mais pas encore collées.

les vannes à membranes incorporées ne sont pas débitées.

Les lèvres inférieures ne sont pas débitées.

La soufflerie est en cours il y manque les ressorts, le vilebrequin et les bielles.

Le chemin des cartons n'est pas commencé. C'est donc après les flutes et leur harmonisation, le plus gros travail restant.

 

Paul a fait une Flute de pan en buis dans un rondin de 44 mm de diamètre avec des trous ronds et des sorties sur deux cotés.

 

DSC04084-R.jpg  DSC04085-R.jpg

DSC04086-R.jpg

 C'est un travail très soigné mais je ne sais pas comment incorporer ça dans le futur chemin des cartons.

 

Dans un premier temps je pense terminer les flûtes à vannes incorporées pour la montre et à vannes accolées pour les 4 basses.

 

La suite au fur et à mesure de l'avancement.

 

Après deux ans, plusieurs stages et aucune proposition d'aide, courant décembre 2022, je décide de faire le travail seul pour respecter mon engagement.

 

Je commence par les flutes!

Débit des noyaux en buis pour le aigües N°16 à 27 ou en chêne pour les plus gros noyaux entre N°1 à 15.

Débit des lèvres inférieurs toutes en buis.

Débit des capots de VMT dans du chêne.

Débit des sièges de VMT dans du contre-plaqué en plusieurs épaisseurs collés.

 

Collage des noyaux, puis des façades avec lèvre supérieure.

Creusement approximatif préparatoire des lumières dans les lèvres inférieures.

Au fur et mesure que chaque flute est assemblée chante en position ouverte fabrication d'un tampon provisoire en mousse pour vérifier le fonctionnement en flute fermée (bourdon).

 

Une seule flute la N° 17 était mal collée, elle a été décollé par chauffage et passage au micro ondes, nettoyée et recollée.

 

Paul a fait des noyaux de 43 à 47 mm de haut un peu juste, on recommande plutôt 55 à 64 mm pour faire des VMT incorporées. Avec quelques tricheries sur les distances et diamètres ça passe juste, mais ça complique le traçage qui doit être adapté cas par cas pour chaque flute en fonction des diamètres d'alimentation pour l'arrivée du vent, de chambre pour le capot de VMT tout en jouant aussi sur la distance entre arrivée et départ dans le noyau.

 

Au 12 décembre et après une semaine de travail intermittent je n'ai pas encore totalement terminé la moitié des flutes de montre en fait les N°14 à 27.

Mais celles qui sont terminées chantent et leurs vannes fonctionnent correctement pour les répétitions.

 

C'est le 7° jeux de flûtes complet pour 27 Touches ou 42 Touches que je fabrique!

Mais reprendre le travail d'un autre qui a commencé avec la contrainte de conserver ses erreurs n'est pas chose facile. Je dois adapter chaque noyau trop court pour faire une vanne intégrée en trichant sur l'ensemble des cotes.

 

Comme la température dans l'atelier est restée plusieurs jours en dessous de 0° je colle les flutes dans mon salon au grand désespoir de ma moitié.

 

La photo de l'état d'avancement au 21 décembre:

va falloir dégager la table du salon pour le repas de fête!

flutes Paul.jpg

 

Pour ce qui concerne les flûtes, il ne reste que les 4 basses à coller, tous les tampons à couler dans des chutes d'extrémité de chaque flute avec du silicone, fixer les tubes de pied sur les flutes et trouver un mode de fixation sur le collecteur, poncer, vernir, pour enfin pouvoir passer à l'harmonisation quand la soufflerie sera opérationnelle... La routine habituelle!

 

Pour le reste la soufflerie est presque faite à l'exception des éléments suivants: vilebrequin, manivelle, poulie, bielles, supports démontables de vilebrequin.

Le chemin des carton est lui, entièrement à faire.

 

Le coulage du silicone dans les chutes de flûtes:

coulage silicone.jpg

Les plaques en plexiglas débitées qui ont subits une vérification de passage dans les chutes de flûtes et qui sont percées ensembles et bien verticale mais pas toujours exactement centrée pour la vis qui a une tête chanfreinée et noyée dans la plaque inférieure.

 

plaques tampon.jpg

 L'état au 31 décembre

Bizarrement la température extérieure est remontée et je peux travailler dans l'atelier.

Les flutes de montre et les basses sont collées, équipées de VMT et des tampons.

Elles fonctionnent enfin toutes !

Elles restent à raccorder pour l'alimentation en air et pour les tuyaux de commande.

Les canons de raccords en laiton sont débités et restent à coller à l'époxy.

La suite; poncer, vernir intérieur et extérieur, harmoniser, la routine habituelle.

 

Je peux faire un montage à blanc de l'ensemble pour une première estimation du résultat esthétique final que je pense conforme aux prévisions de Paul, il avait préparé les façades des 4 basses toutes de la largeur de la façade de l'orgue.

Une position originale que je n'avais pas encore envisagé, et que je vais adopter pour la suite.

 

vue avant du montage à blanc d'une possibilité:

vue avant.jpg

 

Vue arrière:

vue arrière.jpg

 

Comment loger les VMT accolées dans l'espace disponible?

 

Après une longue réflexion je pense avoir trouvé l'astuce qui permet aux 4 basses d'être alimentées par les VMT accolées tout en prenant toute  la largeur de la façade.

 

Une photo des basses en vue arrière sans le reste explique la méthode:

astuce basses.jpg

Les flûtes N°3 et 4 sont plus courtes (pour accéder plus facilement au tampon) mais leurs façades avant occupe toute la largeur.

Les N° 1 à 3 sont à VMT accolées sur la façade arrière elles passent juste sous le niveau inférieur du collecteur et la  N°4 est équipé d'une VMT accolée sur le coté. La vanne de la N°4 est logée dans l'espace vide de la N°3, du coup elle touche le collecteur sur sa face arrière de flûte, face qui est dégagée de la VMT, sinon il fallait avancer l'ensemble des 4 basses de l'épaisseur de cette VMT N°4.

On passe au plus juste, d'ailleurs la vis de réglage de la VMT de la N°3 passe au plus près du battant de pompe.

Il faut comprendre que la VMT de la flûte N°4 est conçue doublement coudée pour pouvoir avoir à la fois l'entrée du vent vers le collecteur et la sortie vers le noyau en passant par un coté et avoir aussi un accès au capot de VMT et sa vis de répétition par l'arrière.

Le texte pour ces explications est difficile à rédiger et à comprendre, mais avec la logique et les photos l'ensemble est réalisable.

 

 

Pour l'étanchéité entre le pied de flute et le collecteur je n'ai pas encore fais mon choix, en effet Paul a utilisé une technique utilisant des bouchons que l'on recommande sur ce blog, mais sans les précautions qui l'accompagnent.

Par expérience les bouchons en place perdent leur étanchéité dans le passage du tube en laiton à l'usage, si, comme Paul, vous avez collé les bouchons sur le collecteur après avoir fait des trous cylindriques de 22 mm de diamètre dans le bois du collecteur. 

Il y a alors un grand risque de fuites par l'usage répété des montages/démontages et il n'est alors plus possible de corriger pour faire comme décrit dans l'article étanchéité de pied.

 

La solution est peut être dans un panaché des solutions selon les diamètres de raccordement des tubes de pied de flute. Il n'y a aucune raison de chercher une solution unique applicable à l'ensemble des flutes.

 

Une autre contrainte me complique la mise en place, comment répartir les flutes sur la largeur disponible, quels écartement entre flutes, comment aligner sur l'arrière, sur l'avant ou sur les axes des tubes?

 

Je cherche un mode de fixation pour la répartition des flutes de montre.

 

 

Suite à ces adaptations je dois changer la sortie du tube de commande des flutes de montre (les canons en laiton collés à la colle époxy) qui est actuellement horizontale et reboucher les sorties initialement percées et refaire une sortie verticale pour limiter les coudes sur le parcours des tubes de commande entre la flute de pan et le raccord sur les VMT.

 

le 12/01/23

Parallèlement aux travail sur les flutes je commence le vilebrequin de la soufflerie.

La photo du vilebrequin débité, percé, monté, goupillé avant coupe de l'axe principal et maneton:

 vilbrequin avant coupe.png

 

 

 La photo après coupe:

 

 

vilebrequin apres coupe.png
 

Le positionnement avec les supports, les bielles, la poulie et la manivelle on vérifie le libre passage entre les bras et les parois ou entre le collecteur et les bielles, reste à fixer les montants de vilebrequin sur le collecteur.

Pour ça il me faut encore démonter la réserve et les pompes pour accéder sous le collecteur:

manivelle support bielles 1.jpg

  

manivelle supports bielles 2.jpg
 

 

La pose des tuyaux annelés d'alimentation des 4 basses avec du mou pour les sortir et intervenir sur le tampon et la VMT, reste à trouver un mode de fixation et alimenter les commandes de VMT vers la flute de pan:

alimentation basses 1.jpg

 

alimentaztion basses 2.jpg

  

 Après mure réflexion j'ai trouvé une répartition et une méthode de calage qui donne ça:

disposition flutes.png
 

La disposition en V des flutes de montre donne une meilleure visibilité entre le tourneur et le public, et autorisera le basculement complet de la future boite de presseurs.

Les 4 basses occupent la totalité de la façade, un cache dissimulera les raccords des pieds qui sont allongés pour que les vis de répétition des VMT à l'arrière passent au dessus de la réserve quand elle est à plat pour faciliter les réglages des répétitions.

 

 pieds sans cache.png

Les flutes ont chacune des intercalaires de 3 mm entre elles. Les flutes d'extrémités comme la 5 et la 6 ont un intercalaire de 8 mm collé sur les cotés.

L'ensemble est exactement de la même longueur que le collecteur et les flutes sont fixées par le serrage des vis sur la barre de maintient arrière des flutes avec l'elasticité des cotés.  

 

Il me reste encore à coller les canons de laiton sur les pieds des flutes de montre et les raccorder sur le collecteur, faire leurs vis à vis en face à face sur des planches de réhaussement à coller sur le distributeur trouver une fixation de la montre et des basses. J'opte pour une fixation des basses par des aimants et par serrage latérale des cotés pour la montre.

 

Les vis de serrage de la montre:

relache montre.png

   

Les aimants des basses et les planches de réhausse:

fixation basses et rehausse flutes.png

  

 Après avoir  fixé les montants de vilebrequin par des vis au travers du collecteur:

fixation montants vilebrequin.png

 

et mise en place la barre de compression des ressorts, avec d'un coté une charnière:

charniere barre.png

 

de l'autre une tige de réglage pour comprimer les ressorts pour obtenir la pression de départ minimum 10 cm d'eau:

tige reglage compression.png

   

et placer les ressorts pour obtenir la pression de service maximum 13 cm d'eau:

rehausse flutes pour acces vis.png

 

je peux faire un premier essai pour vérifier l'étanchéité du circuit de distribution en bouchant les sorties avec du scotch, pour constater que la réserve est partiellement décollée sur un coté et que les fonds de réserve sont trop souples et se retournent trop facilement.

 

Après changement des éclisses du fond de réserve par du pléxy d'1 mm d'épaisseur collé à la néoprène:

reparation fond reserve.png
 

et réparation du coté mal collé un peu sale, on va nettoyer:

reparation collage reserve.png

 Il sera juste indispensable de limiter le débattement de la réserve pour éviter le retournement.

 

On peut faire un autre essai d'étanchéité et de pression pour lequel il ne faut pas oublier de mettre en place le doigt d'ouverture de la soupape sur la barre de pression, sinon on explose la réserve, une erreur courante de débutant qui nous est arrivée à tous et que l'on retient pour la suite:

doigt ouverture soupape.png
 

 Il y a un clapet de battant qui fuit et qui fait du bruit à chaque tour de manivelle.

Pour obtenir une production d'air par une meilleure étanchéité et un amortissement du bruit de claquement, je démonte encore les pompes pour déposer les clapets et les reposer en double épaisseur.

Cette méthode demande une pièce de cuir supplémentaire percée et collé sur le battant et le clapet en vis à vis fixé par les coins, les cotés pelucheux du cuir sont tournés l'un vers l'autre.

Il faut des doigts de fée pour accéder aux battants par les fenêtres de visite et remplacer les agrafes par des vis, parce qu'il n'y a pas assez d'espace pour placer l'agrafeuse.

 

 Après essai je n'arrive toujours pas à atteindre une pression de service correcte même sans consommation des flutes.

 

Après plusieurs jours de travail pour tenter de conserver le travail de Paul sur les pompes j'en conclu qu'il vaut mieux refaire entièrement le cuir des pompes et leurs collages sur les planches ainsi que les clapets de battants qui fuient trop et de partout d'autant plus que les éclisses en carton sont trop souples et mal placées aux charnières et que les fonds de pompes ont eux aussi tendance à se retourner dès que la pression monte au delà des 10 Cm d'eau.

 

Je vais prendre quelques jours de repos sur le sujet pour programmer calmement la suite, et laisser refroidir mes réflexions qui me conduisent de plus en plus loin, et surtout pour éviter tout ce travail qui s'est révélé une perte de temps à vouloir conserver le travail de Paul plutôt que faire directement comme recommandé sur le blog avec les améliorations qui sont arrivées depuis son stage. 

On a tous fait des erreurs qui nous ont obligé à refaire une partie et on oublie vite les difficultés après, quand tout fonctionne.

Je retrouve l'état d'esprit d'un stagiaire débutant, une bonne leçon d'humilité!

Cela démontre tout de même que les évolutions des recommandations du blog ne sont pas superflues.

 

 



25/10/2020
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 253 autres membres